Actualités By Administrator 171 Views

Les médicaments déremboursés se vendent moins ? Les labos augmentent les prix

Alors que, après déremboursement, le taux de TVA des médicaments passe de 2,1% à 10%, les laboratoires ont choisi "pour 54 % des médicaments déremboursés fin 2011" d'augmenter leurs tarifs, certains produits voyant leur prix plus que doubler.

Une majorité de laboratoires ont augmenté les prix des médicaments déremboursés fin 2011 pour compenser la baisse des ventes attendue pour ces produits jugés peu efficaces, selon une étude du service statistique des ministères sociaux (Drees) publiée jeudi.

En 2016, le chiffre d'affaires hors taxes lié aux ventes de médicaments non remboursables atteignait 2,2 milliards d'euros, soit 10,7% du chiffre d'affaires total des médicaments vendus dans les pharmacies de ville (20 milliards d'euros), précise la Drees, qui s'est penchée sur la "vague importante" de déremboursements survenue fin 2011.

54% des médicaments déremboursés fin 2011 ont vu leurs prix grimper

Alors que le taux de TVA des médicaments passe, après déremboursement, de 2,1% à 10%, les laboratoires se sont livrés à "trois types de stratégies de fixation des prix" dans les douze mois suivant, selon la Drees.

Dans la majorité des cas, ils ont augmenté leurs tarifs "pour 54 % des médicaments déremboursés fin 2011", de "39 % en moyenne en un an", certains produits voyant leur prix plus que doubler, à l'instar du bain de bouche Alodont 200ml (+144%) ou du relaxant musculaire Lumirelax 500mg (+111%).

Mais ces hausses n'ont pas permis de compenser entièrement "la diminution assez importante des volumes" vendus, de 47% en moyenne, et donc d'empêcher une réduction du chiffre d'affaires, de 26 %.

Des médicaments purement et simplement retirés du marché

"Deuxième stratégie la plus courante", selon la Drees, la "baisse des prix (hors taxes) pour 23% des médicaments déremboursés", de 8% en moyenne au bout d'un an. Couplée à "une chute très importante des volumes vendus" (-57 %), elle a engendré une forte diminution du chiffres d'affaires, de 62% en moyenne, précédant dans certains cas un retrait pur et simple du marché.

La commercialisation de traitements contre l'ostéoporose et les rhumatismes déremboursés en décembre 2011 a ainsi cessé en 2013, souligne la Drees.

"Enfin, pour 17% des médicaments déremboursés, les prix hors taxes" sont restés stables sur un an "malgré une importante diminution de leurs volumes de ventes", de 55% en moyenne.