Opinion 21 Views

La propagande contre la laïcité

On l’a vu avec le sondage de lundi, les Québécois soutiennent massivement la volonté du gouvernement d’interdire les signes religieux ostentatoires chez les employés de l’État en situation d’autorité, enseignants inclus.

Ils appuient aussi le gouvernement qui refuse de retirer le crucifix patrimonial de l’Assemblée nationale. La laïcité s’inscrit dans la poursuite de notre histoire et n’a pas pour vocation d’effacer les traces de notre passé.

Majorité

J’ai eu l’occasion de le dire et je le répète ici : la victoire de la CAQ aux dernières élections a représenté à bien des égards la revanche de la Charte des valeurs.

Cela dit, au même moment où sortait ce sondage, la campagne de propagande radio-canadienne contre le projet gouvernemental commençait. Avec un sans-gêne effrayant, et un récit larmoyant digne du pire mélodrame, Le Téléjournal nous a raconté, sous la forme d’un publireportage multiculturaliste, l’histoire d’une jeune femme qui veut devenir enseignante, mais qui refuse absolument de retirer son voile, même lorsqu’elle enseigne. Elle refuse tout compromis et préfère même l’exil à la laïcité. Elle est probablement de bonne foi dans son radicalisme religieux. Mais qu’elle en soit consciente ou non, en absolutisant le foulard islamique, elle devient une courroie de transmission de l’islam politique.

Sur sa page Facebook, au cas où le message n’était pas assez clair, Radio-Canada demandait : « Elle veut être enseignante, mais porte le voile. Devra-t-elle renoncer à son rêve ? » Le diffuseur public ne se cache plus derrière sa prétention à l’information objective. Il milite. Il fera tout pour faire déraper le gouvernement.

On aurait envie de lancer un appel aux Radio-Canadiens, dont l’immense majorité fait un travail absolument rigoureux. Ne sont-ils pas gênés par ces animateurs-journalistes-militants qui font la promotion de leur idéologie à même les fonds publics, en prétendant éclairer les masses jugées ignorantes, parce qu’elles ne récitent pas le credo multiculturaliste ?

Cette campagne de presse visera à nous faire comprendre par tous les moyens que le gouvernement manque de cœur et d’humanité. Elle voudra nous convaincre que le voile islamique ne représente aucun problème, mais qu’en plus, il représente un enrichissement pour notre société.

Radio-Canada

Ceux qui confesseront quelques réserves devant cette affirmation seront accusés de repli identitaire, de xénophobie, d’islamophobie ou même de racisme.

Il reste à espérer que dans tout cela, le gouvernement ne se laissera pas intimider et ne reculera pas. Il devra éviter les manifestations de faiblesse qui pourraient le pousser, au nom d’un pseudo-consensus mollasson, à renoncer à appliquer le principe de la loi aux enseignants. Ce serait à la fois une erreur et un signe de lâcheté.

Il devra défier le système médiatique, en acceptant de recevoir des quolibets, et traduire politiquement l’aspiration profonde à la réaffirmation identitaire qui se dégage au Québec depuis plus d’une décennie. Elle repose sur un principe simple : à Rome, on fait comme les Romains. Elle suppose qu’on se dégage des contraintes du multiculturalisme canadien.

Les Québécois font confiance au gouvernement Legault pour cela. Il n’a pas le droit de décevoir.