Actualités By Clémence Pavic 34 Views

Les tours de bureaux de plus en plus désertées à Montréal

Le centre-ville de Montréal est sur « pause » depuis bientôt près d’un an et à mesure que le temps passe, l’engouement pour le télétravail perd des plumes — bien que la tendance soit là pour rester. Le taux de vacance dans les tours de bureaux du centre-ville, quant à lui, augmente. Dans leur deuxième rapport sur l’état du centre-ville, l’Institut de développement urbain du Québec (IDU) et Montréal centre-ville dressent quelques constats que voici.

Le télétravail perd de son charme

Encore aujourd’hui, la majeure partie des travailleurs du centre-ville poursuivent leurs activités professionnelles à la maison plus de trois jours par semaine. Ils étaient environ 70 % au quatrième trimestre de 2020, selon le rapport diffusé jeudi.

Cependant, si une vaste majorité d’entre eux veulent continuer de travailler à distance, l’engouement pour le télétravail semble toutefois perdre de son attrait depuis le début de la pandémie. Est-ce le signe d’une certaine lassitude ?

Selon un sondage publié dans le rapport, les deux tiers des répondants (67 %) souhaitent continuer le télétravail la majorité du temps après la pandémie alors qu’ils étaient 76% au deuxième trimestre de 2020, un recul de neuf points de pourcentage.

« Le télétravail n’est ni une panacée, ni passager », résume Jean-Marc Fournier, p.-d.g. de l’IDU. Il faudra donc s’en accommoder.

Quel retour au bureau ?

Une fois que la page de la pandémie sera tournée, il est fort probable que certaines craintes sur le plan sanitaire persistent. Il faudra alors probablement procéder à des aménagements dans les milieux de travail, croit M. Fournier.