Opinion By par Le Devoir 421 Views

Le coût élevé de l’Internet libertarien

Internet s’est développé dans un terreau marqué par des visions libertariennes. Dès 1996, John Perry Barlow, dans sa Déclaration d’indépendance du cyberespace, enjoignait aux États de se tenir loin du réseau qu’il présentait comme « constitué par des échanges, des relations, et par la pensée elle-même » et dans lequel les notions juridiques […] ne s’appliquent pas.

Alain McKenna expliquait, dans Le Devoir du 14 février, que plusieurs leaders de la Silicon Valley rêvent de l’Internet du futur. Dans la foulée des visions libertariennes, ils anticipent un Internet qui ne serait redevable à aucune plateforme centralisée. On oppose ce modèle « libertarien » à celui représenté par l’Internet actuel, dominé par quelques méga-plateformes, comme Google, Meta ou Amazon.

Pourtant, l’Internet actuel résulte précisément de l’hostilité aux règles étatiques. Il en est ainsi parce que les lois des États n’ont pas été adaptées et laissent les GAFAM agir à leur guise. L’Internet rêvé dans ces visions libertariennes est un espace où les individus ont à se débrouiller seuls. Un lieu à l’image de la blockchain, cette technologie de stockage et de transmission d’informations fonctionnant sans organe central de contrôle.

Reference - https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/677652/chronique-la-chronique-de-pierre-trudel-le-cout-eleve-de-l-internet-libertarien